hysope vertus

 

L’hysope officinale, cette plante aux nombreuses vertus, est utilisée depuis l’Antiquité pour son action médicinale. Notamment pour aider les personnes souffrant de digestion difficile, de rhumatismes, de toux tenaces ou encore de problèmes dermatologiques tels que l’acné du visage. Seules les sommités fleuries de cette belle plante, de la famille des lamiacées comme la lavande, sont utilisées en tisanes ou en extraction dans l’alcool, le vinaigre ou le miel.

Quels sont les bienfaits de l’hysope officinale ?

Si la consommation de l’hysope officinale ne dispense pas d’une visite chez votre médecin traitant si vous êtes malade, elle vous sera certainement bénéfique. Ceci ingéré en petites quantités en vous faisant conseiller par un herboriste ou un expert en phytothérapie. Cette essence est réputée pour ses vertus antispasmodiques. Elle favoriserait également l’évacuation des gaz intestinaux, qui peuvent parfois occasionner des douleurs forts désagréables, ou encore stimuler la digestion. Ainsi, son amertume augmente la sécrétion de salive et de sucs gastriques facilitant le transit intestinal. Ces propriétés bénéfiques ne se cantonnent pas au système digestif. On peut citer :

  1. Le rhume et les congestions nasales lors desquels l’hysope diminue la production de mucus et soutient le corps fiévreux. Elle serait particulièrement efficace sur le virus de l’influenza (la grippe). A cette occasion, il est préférable d’ingérer des tisanes d’hysope et de l’utiliser en infusion.
  2. Elle possèderait un effet aseptisant sur les plaies et soulagerait les contusions.
  3. Enfin, elle diminuerait l’acné du visage chez les adolescents et jugulerait les douleurs liés aux rhumatismes en utilisant l’hysope en fleurs séchées dans un bain.

Sachez que l’ingestion de l’hysope est fortement contre indiquée pour les femmes enceintes et les individus sujets à l’épilepsie.

Comment planter l’hysope officinale ?

Bonne fille, l’hysope officinale pousse sur de nombreux types de sols plus ou moins hospitaliers : pauvres, calcaires, rocailleux ou riches en humus qui reste son terrain de prédilection. La seule condition à son épanouissement ? Que l’arrosage de votre terre soit assuré, que ce soir par des méthodes manuelles ou par le biais d’un arrosage automatique. Si elle pousse aussi dans une orientation en semi-ombre, elle préfère largement le plein soleil, ce qui en fait une essence parfaite à disposer dans une rocaille pour un jardin aux accents méditerranéens. Si vous êtes en appartement et ne disposez que d’un balcon, la plante peut tout à fait croître dans un pot assez vaste, ses racines ayant plutôt tendance à se développer. Les plants s’installent à l’automne, en octobre, tandis que les graines pousseront plus aisément si vous les semez au printemps (avril – mai).

Comment entretenir l’hysope officinale ?

A l’instar de sa plantation, l’entretien de l’hysope officinale est assez aisé. Désherbage entre les plants et arrosage réguliers sont les deux actions majeures à entreprendre. Au printemps, l’apport de compost contribuera à nourrir les plants et à les rendre plus vigoureux. La taille de l’hysope est optionnelle, à part si vous souhaitez augmenter le nombre de sommités de la plante ou disposer d’une floraison plus massive. Son caractère rustique lui permet de rester dehors toute l’année, au moins jusqu’à des températures n’excédant pas les -15 à -20°C selon les variétés. La culture intervient avant la floraison si vous souhaitez des feuilles à sécher. Pour les épis floraux, attendez le début de leur floraison, entre juillet et septembre selon les régions. Enfin, sachez que l’hysope ne possède quasiment pas de nuisibles, si ce n’est la rouille qui survient à la suite d’un arrosage trop intensif, notamment en hiver. Il s’agit de champignons microscopiques qui affaiblissent les végétaux et nuisent à leur apparence sans pour autant menacer leur existence.

Les caractéristiques de l’hysope officinale

Type de plante : buisson, plante à fleurs, plante aromatique ou médicinale
Famille : Lamiacées
Origine : Europe méridionale, Afrique du Nord, Proche-Orient et Caucase
Feuillage : semi-persistant
Couleurs des fleurs : roses, violettes ou bleues
Exposition : soleil, mi-ombre
Sol : sol calcaire, sableux, caillouteux, humus ou terreau
Résistance : rustique, jusqu’à -15, -20°c selon les variétés
Plantation : mars à mai pour les graines et octobre pour les plants
Mode de multiplication : semis, division ou bouturage
Floraison : juin à septembre
Hauteur : 0,45 à 0,60 mètres
Maladies : les feuilles peuvent présenter de la rouille en cas d’excès d’humidité
Taille : non obligatoire, seulement pour rendre la floraison plus massive
Espèces : 8 espèces. La plus connue et la seule cultivée chez les particuliers est « hyssopus officinalis ».
Destination : en pleine terre ou dans un bac, un pot ou une jardinière sur un balcon ou une terrasse.

Téléchargez la fiche d’identité de l’hysope officinaleTélécharger la fiche d'identité au format PDF

 

Facebooktwitterlinkedinrssyoutube
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail