planter rhododendron

Le rhododendron est un très joli arbuste rustique à fleurs, que l’on peut trouver à l’état naturel, principalement dans les zones de montagne : les Alpes, les Pyrénées, les Carpates, l’Himalaya… De nombreuses espèces de cette plante de jardin nous proviennent de Chine et du Japon. Comment planter le rhododendron, le tailler et l’entretenir : on vous dit tout.

Le rhododendron : un bel arbuste à fleurs pour votre jardin

Cet arbuste, qui signifie « arbre à roses », présente une belle floraison surtout aux mois d’avril et mai. La couleur des fleurs, qui peuvent atteindre jusqu’à 25 cm de diamètre, va du jaune au rouge. Les rhododendrons sont parfaits pour égayer un jardin et notamment vos rocailles ! Leurs fleurs sont éclatantes et le feuillage garde sa prestance tout au long de l’année.

Il existe trois types de rhododendrons :

  1. les rhododendrons classiques : dans les zones tempérées et montagnardes, à feuilles persistantes
  2. les azalées : petits rhododendrons à feuilles caduques
  3. les vireyras : les variétés tropicales

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  1. la plantation d’un rhododendron isolé
  2. regrouper plusieurs rhododendrons dans des massifs en association avec d’autres plantes, comme des fougères par exemple. Jouez avec les couleurs
  3. intégrer des rhododendrons au sein d’une rocaille : une décoration rustique pour fixer un terrain en pente, comprenant des plantes, des rochers naturels ou artificiels, ainsi que d’autres éléments ornementaux.
  4. planter vos rhododendrons dans des bacs

La plupart des rhododendrons ne dégagent aucun parfum, sauf certaines formes botaniques comme le Rhododendron auriculatum, le Rhododendron bullatum, le Rhododendron crassum ou encore, le Rhododendron decorum… Ils peuvent vivre très vieux et devenir imposants, soit jusqu’à 5 mètres de haut.
Attention, les feuilles du rhododendron sont toxiques : lavez-vous les mains après les avoir touchées et sensibilisez vos enfants.

Comment bien planter ou semer le rhododendron ?

La plantation du rhododendron doit être réalisée soit au printemps, soit à la fin de l’été ou au début de l’automne. En tout cas, en dehors des périodes de gel. Il est conseillé de ne pas les enterrer trop profondément.

Le rhododendron apprécie les emplacements semi-ombragés, avec une orientation nord-ouest idéalement, pour profiter du soleil le matin. D’autre part, il se développera mieux dans un sol plutôt acide, de type terre de bruyère et bien drainé. Il ne supporte pas le calcaire, mais peut accepter des sols neutres. Cet arbuste n’aime pas non plus les eaux stagnantes : évitez également les zones régulièrement inondées.

Par ailleurs, la technique de multiplication la plus utilisée pour le rhododendron reste le bouturage. Cette opération doit être effectuée pendant l’été. Elle consiste à prélever des boutures de 15 à 20 cm sur des tiges non fleuries. Puis, à supprimer les feuilles du bas. Il faudra ensuite planter les boutures dans des godets remplis de terreau maintenu humide.

Comment entretenir et protéger le rhododendron ?

Les rhododendrons hybrides que l’on peut acheter dans nos régions sont très rustiques et peuvent supporter des températures très basses. L’entretien du rhododendron reste relativement facile. Il est possible de lui apporter un peu d’engrais organique autour du pied au début de l’hiver. Vous pouvez aussi supprimer le bois mort et retirer les fleurs fanées au fur et à mesure. Par ailleurs, il n’est pas conseillé de tailler cet arbuste, afin de ne pas freiner sa floraison.

Vos rhododendrons peuvent présenter des taches brunes sur le feuillage, c’est-à-dire des taches foliaires très courantes et dues à un champignon. Si la contamination n’est pas très importante, il suffit de retirer les feuilles malades. Si le problème s’avère plus étendu, il est nécessaire d’utiliser un fongicide (de préférence naturel).

La décoloration du feuillage peut également être due à une chlorose, liée à la présence d’un sol trop calcaire ou d’un arrosage avec de l’eau trop calcaire pour le rhododendron. Il est alors conseillé d’apporter de l’acidité pour améliorer le sol au printemps, avec un engrais spécial de terre de bruyère. Par ailleurs, il vaut mieux arroser votre rhododendron plutôt avec de l’eau de pluie. Enfin, paillez le pied avec de l’écorce de pain pour maintenir un sol humide.

Les caractéristiques du rhododendron

Famille : Ericacées
Autre nom : azalée
Origine : zones de montagne, en Europe et en Asie
Type de végétal: arbuste à fleurs rustique
Quelques variétés de rhododendron : Rhododendron auriculatum, Rhododendron sutchuense, Rhododendron hirsutum, Rhododendron ponticum, Rhododendron ferrugineum, Rhododendron yakushimanum, Rhododendron Catawbiense Grandiflorum, Rhododendron Sappho…
Floraison : avril-mai
Couleur des fleurs : jaune, orange, rouge, violet
Feuillage : persistant ou caduque pour les azalées
Hauteur : 50 cm à 5 m
Type de sol : acide, terre de bruyère, bien drainé
Exposition : mi-ombragée
Rusticité : résistant au froid
Utilisation : massif, isolé, bac, haie, rocaille
Plantation/rempotage : fin d’été, automne et printemps
Multiplication : bouturage pendant l’été
Croissance : lente
Taille : pas nécessaire, car le port du rhododendron est naturellement harmonieux
Arrosage : régulier pendant l’année qui suit la plantation, puis en période de fortes chaleurs
Fertilisation : apport d’un engrais pour terre de bruyère à la fin de l’hiver
Maladies : taches foliaires (chlorose en cas de sol trop calcaire), champignons (mildiou du rhododendron, Pestalozzia, oïdium).
Ravageurs : tigre du rhododendron

Téléchargez la fiche d’identité du rhododendron Télécharger la fiche d'identité au format PDF

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail