Vous entendez souvent, de la bouche d’un professionnel, parler de pincement des végétaux. Cette expression horticole répond à un besoin bien précis permettant de contrôler le développement des plantes.pincement
Définition.
Opération qui consiste à couper, généralement avec les ongles, l’extrémité des jeunes rameaux pour avantager le développement des autres branches ou des fruits; elle favorise aussi l’éclosion des jeunes bourgeons latéraux.
Le pincement ne doit pas être confondu avec la taille en vert et le rognage.
L’antonyme du pincement est l’ébourgeonnage: sujet que nous traiterons ultérieurement.
L’utilité.
Le pincement évite donc l’allongement de la tige principale d’une plante, dès qu’il est pincé le sujet stoppe sa croissance en hauteur pour pousser en largeur. Le végétal pincé prendra du volume et de l’ampleur; mais après quelques semaines, une ou plusieurs branches secondaires remplaceront la principale pour que la plante reprenne une croissance verticale.
C’est donc à l’aide de pincements que l’on arrive à charpenter par exemple un géranium; par des coupes successives une branche se divise en deux puis en quatre donnant ainsi une belle touffe.
Sur les fleurs coupées, le pincement donne un plus grand nombre de branches et surtout des fleurs, certes petites, mais en grand nombre.
Le pincement peut aussi s’effectuer à une hauteur plus ou moins importante d’un rameau! Dans ce cas, nous pourrons facilement créer un tronc sur lequel se formera une touffe; c’est cette méthode que l’on applique pour les arbres tiges. Cette technique se base sur le fait que ce sont les deux ou trois yeux placés le plus haut (donc les plus jeunes) qui se mettent en végétation les premiers. Les bourgeons plus âgés et ceux qui sont placés plus bas deviennent latent avant de s’annihiler. Pour former une touffe, il ne faut pas trop attendre, le pincement intervient lorsque la plante a au maximum 5 étages de feuilles en lui en supprimant deux.
La technique.
Le pincement s’effectue généralement avec les ongles du pouce et de l’index. De cette manière le travail est très rapidement exécuter avec précision. On peut aussi imaginer pincer avec un sécateur ou un couteau; ces outils sont utilisés sur les végétaux à bois plus dur, peu cassant ou, lorsque le jardinier se ronge les ongles! La coupe se fait juste au-dessus d’une feuille à 1 cm environ pour éviter les ergots ou les séchons.
On parle de pincement tendre lorsqu’on enlève que le bourgeon terminal et de pincement dur dès que l’on supprime plusieurs étages de feuilles.

Il faut encore savoir que l’on peut simplement freiner une pousse trop vigoureuse par un rognage qui consiste à blesser une feuille ou une partie du bourgeon terminal: ce coup de frein permet aux autres branches de refaire leur retard.
Enfin, sachez que l’on parle de taille dès que l’on agit sur des rameaux lignifiés; la taille peut se faire en hiver ou en été.

Facebooktwitterlinkedinrssyoutube
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail