Comment entretenir un palmier nain Chamaerops humilis ?

Pour apporter une petite touche d’exotisme à votre jardin ou votre terrasse, le palmier nain Chamaerops humilis est idéal. Rustique mais aussi très résistant à la sècheresse et à la chaleur, c’est une plante facile à cultiver dans toutes les régions. Si vous voulez agrémenter votre extérieur de ce petit palmier, voici quelques conseils pour bien l’entretenir.

Les caractéristiques du palmier nain Chamaerops humilis

Le Chamaerops humilis est un beau palmier nain touffu qui appartient à la famille des acéracées. Il se caractérise généralement par plusieurs stipes ( troncs ) couverts de fibres brunes au sommet duquel se déploie un majestueux feuillage palmé le plus souvent vert, mais qui peut également être argenté ou bleuté. Les grandes palmes peuvent atteindre une envergure de plus de 50 cm et donne au  Chamaerops humilis une forme en éventail. Il peut mesurer jusqu’à 4 m de haut.

La floraison a lieu du printemps à l’été et donne des petits fleurs jaunes qui se retrouvent au sommet du palmier et tout autour du stipe. Ces fleurs donneront ensuite des fruits rouge foncé.

Très rustique et résistant à la sécheresse, il supporte des températures très froides allant jusqu’à – 10 °c sur de courtes périodes et il se plaît également très bien en période de forte chaleur.

Où et quand planter le Chamaerops humilis ?

Il est préférable de planter ce palmier nain au printemps ou en début d’été, dans un sol bien réchauffé. Il se plait dans les endroits chauds et bien exposés, en veillant à le protéger des courants d’air dans les régions froides. Vous pouvez le planter en pleine terre ou en pot.

Planter le Chamaerops humilis en pleine terre

Pour la plantation en pleine terre, offrez-lui un sol bien drainé, plutôt fertile et léger. Et une  exposition plein soleil, même s’il tolère la mi-ombre.

  • Creusez un trou légèrement plus grand que le diamètre de la motte sur 20 a 30 cm de profondeur ;
  • Mélangez 50 % de sable avec 40 % de terre de jardin et 10 % de compost et versez dans le trou préalablement creusé ;
  • Si le sol est trop compact, ajoutez des éléments de drainage comme des galets ;
  • Hydratez la motte de terre du palmier dans un seau d’eau pendant une quinzaine de minutes ;
  • Placez le palmier dans le trou de plantation en veillant à ce que le haut de la motte soit légèrement en dessous du sol. Les racines ne doivent pas dépasser de la terre quand le trou est rebouché ;
  • Rebouchez, tassez et arrosez abondamment en formant une petite cuvette afin que l’eau s’écoule bien en profondeur.

Planter le Chamaerops humilis en pot

  • Choisissez un bac ou un pot avec un beau volume et équipé d’un système de drainage ;
  • Tapissez le fond du pot avec une couche de billes d’argiles ;
  • Recouvrez d’un mélange de sable et de terreau adapté ;
  • Hydratez la motte de la même façon que pour la plantation en pleine terre et placez-la dans le pot de manière à ce que la base du tronc arrive presque en haut du pot ;
  • Rebouchez, tassez et arrosez.

Tous les 3 ans, pensez à rempoter votre Chamaerops humilis dans un pot légèrement plus grand que le précédent.

Comment arroser le Chamaerops humilis ?

Généralement l’arrosage de la pluie suffit pour ce palmier qui résiste très bien à la sécheresse. Mais en cas de très fortes chaleurs prolongées, il est parfois nécessaire d’arroser surtout pour la culture en pot. Cela permet de maintenir un sol frais en permanence. Evitez de mouiller le feuillage et le stipe lorsque vous arrosez.

Comment prendre soin de votre Chamaerops humilis ?

Vous pouvez lui apporter de l’engrais ou ajouter un peu de compost au début du printemps, notamment si vous constatez que les feuilles jaunissent. Cet apport permettra d’enrichir le terreau et de combler les éventuelles carences à l’origine des feuilles jaunes.

Veillez à ce qu’il soit toujours dans un endroit bien ensoleillé, au moins 4 h par jour. S’il peut supporter moins de soleil, cela se ressentira néanmoins sur sa croissance qui sera ralentie et ses feuilles moins belles.

En cas d’hiver très rigoureux, vous pouvez rentrer votre palmier nain en pot à l’intérieur dans une pièce lumineuse mais non chauffée et hors gel. Si le Chamaerops humilis est en pleine terre,  couvrez-le avec un voile d’hivernage et protégez le pied avec un paillage.

A lire : Comment entretenir l’oranger du Mexique ?

Quand et comment tailler le Chamaerops humilis ?

La taille de ce palmier n’est pas nécessaire, vous pouvez donc vous contenter de retirer les feuilles séchées et les branches mortes. Si vous souhaitez le tailler, il faudra le faire au printemps.

Comment multiplier le Chamaerops humilis ?

Vous pouvez multiplier le Chamaerops humilis en réalisant de semis au printemps ou en fin d’été. Cette opération prend pas mal de temps.

  • Récupérez et placez les graines dans un verre d’eau rempli d’eau tiède pendant 24 h ;
  • Semez les graines dans un pot rempli d’un mélange de terreau et de sable ;
  • Recouvrez d’une couche de substrat qui doit toujours rester humide ;
  • Placez le pot dans un endroit lumineux avec une température entre 22 et 25 °C ;
  • Au bout de 3 à 4 mois, lorsque la germination est lancée, placez les plants dans des pots individuels.

Il est également possible de le multiplier à partir de rejets lorsqu’ils sont encore jeunes. Essayez de trouver un rejet d’une vingtaine de centimètres que vous prélèverez au printemps avant de le mettre en pot.

Maladies et parasites

Le Chamaerops humilis peut être la cible de plusieurs parasites. En cas d’été sec et chaud, il peut être attaqué par les acariens.

Il est également possible de retrouver des pucerons qui peuvent coloniser et déformer les feuilles. Pour s’en débarrasser, faites tremper une touffe de tabac dans l’eau pendant une nuit, puis versez la solution sur le terreau de votre plante.

Si le drainage du sol est mauvais et que de l’humidité persiste au niveau du feuillage, cela peut favoriser les maladies du palmier nain comme la fusariose, les champignons, la pourriture du bourgeon ou encore les taches foliaires. Veillez donc à bien drainer et à faire des apports en compost.

Facebooktwitterlinkedinrssyoutube
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail