Pour se lancer dans l’apiculture et installer une ruche dans son jardin, il faut connaître quelques notions relatives à la santé des abeilles. Pour que celles-ci se sentent bien et soient productives, leur implantation ne doit manquer d’aucune ressource et rien ne doit venir perturber le travail des ouvrières. Voici tout ce que vous devez savoir pour installer un rucher dans votre jardin.

Quel est l’habitat naturel des abeilles ?

Dans la nature, les abeilles ne construisent pas leur ruche au hasard. Au contraire, elles étudient l’environnement qui les entoure avant d’y installer leur abri. La ruche est généralement placée en hauteur et à l’abri du vent. C’est pourquoi les haies ou les troncs d’arbres creux cachent souvent des abeilles.

Située à plus de 2,5 mètres du sol, la ruche doit avoir assez de place pour contenir un volume d’environ 60 litres. C’est l’espace nécessaire pour l’ensemble de l’essaim et pour le stockage des réserves de miel, en hiver. Votre ruchette ne doit donc pas être plus petite.

Les abeilles ne supportent pas les trop fortes chaleurs. La température d’une ruche avoisine les 35°C ; en deçà ou au-delà, la santé des abeilles peut être affectée. Les ruches sont donc généralement construites à l’ombre et à proximité d’un point d’eau. Quand la température est trop haute, les ouvrières ventilent la ruche après avoir été chercher de l’eau.

Où installer une ruche dans son jardin ?

Installer une ruche dans votre jardin est une excellente idée ; vous préservez ainsi les abeilles et récoltez leur miel. A une condition seulement : assurer leur bien-être. Sachez que les abeilles ont besoin de tranquillité. Leur ruche doit donc être implantée loin des passages fréquents.

L’emplacement de la ruche est stratégique. Opposée aux vents dominants, notamment ceux porteurs de pluie, elle doit bénéficier d’ombre aux heures où le soleil se fait le plus ressentir. Veillez également à ce qu’un point d’eau (abreuvoir, bassin, fontaine artificielle ou piscine) ne soit pas bien loin de la ruche. Ainsi, les butineuses pourront facilement se rafraîchir en été.

Comment faciliter l’accès à sa ruche ?

Une ruche est généralement située au fond du jardin, là où le passage est rare. Néanmoins, l’espace doit être entretenu et permettre à l’apprenti apiculteur de circuler librement autour de sa ruche. Le sol doit également être dégagé. La bonne astuce est de le recouvrir de graviers ou de pierres plates, pour plus de stabilité.

Attention, si vous installez plusieurs ruches, veillez à ce qu’elles ne soient pas trop proches l’une de l’autre. La promiscuité des ruches peut entraver vos mouvements, notamment lorsque vous portez votre combinaison d’apiculteur. En outre, il est important de laisser à chaque ruche son espace personnel. Dans le cas contraire, la colonie la plus forte pillera les plus faibles et une ruche malade risquerait de contaminer les autres.

Quelles plantes faut-il faire pousser autour de sa ruche ?

Il faut savoir que les abeilles sont indépendantes. Elles quitteront votre territoire pour trouver tout ce dont elles ont besoin : pollen, nectar, résine, millet… Les butineuses peuvent voler jusqu’à plus de trois kilomètres à la ronde.

Toutefois, si elles n’auront pas de mal à s’approvisionner de mai à septembre, l’automne et l’hiver représentent souvent des périodes de disette. Il vous faut alors planter quelques plantes dans votre jardin, qui survivront au froid et à l’humidité. Mahonias, mimosas, giroflées jaunes, pissenlits, pâquerettes vivaces… Les plantes mellifères ne manquent pas.

Côté arbres et arbustes, optez pour un saule, un peuplier ou un noisetier. Un laurier-tin, un chèvrefeuille, un arbousier, du lierre ou encore de l’ajonc d’Europe ravira également vos abeilles.

Quel est le pire prédateur des abeilles ?

Les abeilles sont en voie de disparition, et ce n’est pas à cause des apiculteurs et de leurs enfumoirs. Ces insectes sont menacés par le réchauffement climatique, qui fait fondre leurs ruches lors des épisodes caniculaires, et par de nombreux prédateurs naturels.

La mésange, par exemple, tue parfois accidentellement les abeilles avec son bec en voulant les attraper au vol. Néanmoins, le plus grand prédateur des abeilles reste le frelon asiatique. Ses attaques sont ciblées ; il stationne vers l’entrée de la ruche, prêt à attraper ses proies. Certains apiculteurs, pour remédier à ce problème, ont installé un poulailler à proximité de leur rucher. En effet, les poules raffolent du frelon asiatique.

Vous savez donc maintenant comment installer une ruche au fond de votre jardin tout en garantissant le bien-être de vos abeilles. Suivez nos recommandations et préconisations afin d’élever une colonie particulièrement productive. Alors, prêt à découvrir les plaisirs apicoles ?

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail